Tous au compost : Vers de peur ou adeptes du lombricompostage ?

A l'occasion de la Semaine nationale du Compost de Proximité, rappelons que depuis plusieurs années déjà Nature & Société élève des « vers de compagnie » dans un lombricompost. Les nombreuses épluchures des plats y deviennent utiles plutôt que de remplir la poubelle ("qui c’est qui la vide ?") et de finir à l’incinérateur.

Nature & Société est donc inscrite en tant que donateur de vers sur le site Plus de vers, une heureuse initiative de David Regnier Garnelo avec lequel nous travaillions à Ivry-sur-Seine (94). Une carte permet de trouver près de chez soi les personnes ayant un lombricompost qui proposent de donner des vers contre bons soins.

Si ce petit animal (l’un des plus utile sur terre) ne vous donne pas de frissons, lancez-vous ! Si vous êtes juste curieux, venez soulever le couvercle du lombricompost de la Maison de la Nature et nous poser vos questions.

Vous lancer : comment ça marche ?

  1. Achetez ou fabriquez votre lombricompost de nombreux modèles existent sur Internet.

En résumé il vous faut : en haut un bac pour vos épluchures recouvert d’un couvercle et dont le fond soit percé de trous pour que les vers montent et descendent. Au milieu : un ou plusieurs bacs également percés contenant le compost presque mûr qui finit d’être transformé. En bas un bac pour récupérer le liquide (qui servira d’engrais une fois dilué).

  1. Envoyez-nous un mail ou passez-nous un coup de fil pour savoir QUAND passer et SI nous avons des vers en quantité suffisante ! Victimes de leur succès, nos vers ne se reproduisent pas toujours suffisamment rapidement pour pouvoir vous en céder.
  2. Venez nous rendre visite à la Maison de la Nature avec un récipient contenant des bouts de carton mouillés (ou un peu de terre humide) et dont vous aurez préalablement percé le couvercle. Vous pouvez également en trouver dans les magasins de pêche (tout en assurant du même coup un avenir plus sympa à vos vers : un bon échange de services !)
  3. Capturez les vers avec nous (une petite poignée suffit) et profitez-en pour nous poser toutes vos questions pratiques.
  4. Faites connaissance avec vos vers : les adultes avec un clitellum sorte de « col roulé » qui indique leur maturité sexuelle, les vers plus jeunes « ados » et les cocons qui contiennent 3 ou 4 futurs petits vers et qu’il ne faut donc pas enlever !
  5. Que vous soyez une classe avec pour projet de recycler les épluchures du quatre heures ou une famille ayant construit son propre prototype, donnez-nous des nouvelles.

Certaines espèces de vers « de terre » (lombrics) - ceux que l’on trouve en général en binant le jardin - sont essentiellement efficaces dans le brassage du sol. Plus foncés, les vers de compost (Eisenia Andrei et Eisenia fetida) se nourrissent en surface des matières en décomposition, ingurgitant facilement leur poids par jour et ce sont donc eux que nous inviterons dans le lombricomposteur.

En y regardant de plus près vous trouverez également de (mignons) petits collemboles qui finissent le travail de digestion.  Les vers ne se nourrissent pas directement de vos épluchures qui doivent d’abord être dégradées par les micro-organismes (champignons et bactéries microscopiques) qui se joindront tout seuls à la fête de par la décomposition de vos déchets verts (pas besoin donc de les y ajouter).

Tous au Compost!

Tous au compostTous au compost est un évènement national annuel visant à promouvoir la pratique du compostage de proximité des déchets ménagers : compostage domestique, partagé, en établissement, en immeuble, en quartier ou dans toute autre structure collective.

Chaque année, des bénévoles, des référents de site ou des guides composteurs accueillent pendant quelques heures les habitants qui ont composté comme les nouveaux visiteurs pour une animation sur site, une distribution de compost, ou toute autre action visant à rendre visible leur site de compostage et à en augmenter la participation.

Un compost d’intérieur à chouchouter

Une grande partie de nos déchets étant potentiellement biodégradable (ou fermentescible), se lancer dans le compostage permet de mettre notre poubelle au régime en réutilisant - en fonction de nos habitudes alimentaires - de 30 à 40 % de son contenu. Le compostage, pratiqué depuis la nuit des temps ou presque, revient donc au goût du jour avec l’objectif de fabriquer à domicile un engrais naturel de qualité (au lieu d’envoyer trognons de pomme et fanes de radis à l’incinérateur !).

Parmi les adeptes du compostage on trouve différents « courants de pensée » mais si le compostage qui reprend la logique naturelle des végétaux qui tombent, se décomposent au sol et l’enrichissent reste très intuitif, le lombricomposteur est en revanche davantage « à chouchouter » :

  • Évitez la famille trop odorante (et « vermifuge » pour certains) des Alliacées (ail, poireau, oignon) que les vers ont tendance à fuir et trouvez un autre débouché (pot-pourri ou autre) pour vos écorces d’orange.
  • Coupez vos épluchures et vos légumes et fruits cuits ou crus en petits morceaux plus faciles à assimiler. Y sont également les bienvenus : le marc de café (et les filtres en papier), les sachets de thés (s’ils sont en papier !), les fleurs fanées…
  • Allez-y doucement côté apport d’épluchures tant que votre population de vers est peu nombreuse.
  • Soyez attentif à l’humidité en ajoutant (beaucoup) de petits morceaux de cartons (type rouleaux de papier toilette, boite à œufs) si cela devient trop détrempé et même si ce n’est pas (encore) le cas et en couvrant d’un petit tapis vendu dans le commerce ou d’un morceau de journal, de papier carton…
  • Attention à être « légumivore » autant que frugivore, trop de fruits sucrés ont tendance à favoriser le développement de petits papillons peu esthétiques à l’allure de moucherons. Si vous avez malgré tout affaire à eux : asséchez (avec du carton) et mettez à la diète au moins deux semaines. Aucun problème non plus si vous partez en vacances et stoppez le nourrissage quelque temps.
  • La cave est idéale, ou votre cuisine si votre bac est esthétique et que leur présence ne dérange ni vous, ni ceux avec qui vous vivez. Évitez le gel (en isolant un peu le tour du lombricompost si besoin) et surtout le balcon en plein soleil, une température entre 15°C et 25°C est idéale.

Des solutions à vos petits problèmes par ici ou par ici 

Le terreau est assez long à s’y former, le plus rapide (et le plus précieux) est le « jus » de compost (auquel on donne parfois d’autres noms plus poétiques « café ou thé du compost… », pensez à le récupérer régulièrement et à noter dessus ce dont il s’agit ! Dilué au pied des plants de tomates ou des fraisiers il fait des merveilles.