Qui m’a traité de mauvaise herbe ?

BannièreDu 20 au 30 mars c’est la Semaine des Alternatives aux Pesticides,  une question qui pourrait être anxiogène mais que Nature & Société a choisi d’aborder en zoomant sur les solutions au moins autant que sur les problématiques.

Nous surfons donc sur l’occasion offerte par cette semaine, qui médiatise le sujet de façon bénéfique, pour  :

  1. Vous inviter à découvrir des initiatives locales en jetant un coup d’œil sur la programmation de cette semaine via Internet.
  2. Vous accompagner si vous le souhaitez pour descendre prochainement au jardin en cogitant : compost, rotation des semis, plantes « associées » … pour le bien être des habitants ailés qui y vivent, mais aussi et surtout pour le vôtre si vous avez l’intention de passer du temps assis dans l’herbe ou de déguster vos plantations. Consultez nous si vous avez des questions ou venez feuilleter les nombreux ouvrages sur le sujet du centre de documentation.
  3. Vous glisser deux mots de l’exposition conçue par l’association avec le soutien de l’Agence de l’Eau Seine Normandie et de la Région Ile-de-France qui associe supports ludiques et panneaux explicatifs illustrés par Virginie Bréham.

boîte paillages-BDExposés en plein air à l’occasion de la Fête des moissons au parc départemental des Lilas ou de la fête de l’Arc Boisé, animés dans les écoles et dans le cadre de formations ou exposés en visite libre, nous vous invitons à découvrir quelques panneaux dont vous pourrez vous inspirer ou emprunter (contact: ).

Question de point de vue

suggère un autre regard sur la nature en ville et notamment l’acceptation « esthétique » des « mauvaises herbes », levier nécessaire à la réduction de l’utilisation massive d’herbicides. Un memory des points de vue permet ensuite de lancer le débat autour de notre conception de la nature et de notre acceptation de son côté « sauvage ».

Clés des sols

permet d’appréhender le fonctionnement du sol (et ses spécificités en milieu urbain) en lien avec les apports chimiques (engrais) ou naturels (compost). En fonction du contexte de présentation de l’exposition, des activités de découverte du compostage, de la vie du sol (cloportes, lombrics…) peuvent y être ajoutés.

Enquête en cours

présente un retour sur l’histoire des pesticides et une approche étymologique des herbicides, fongicides, … en vue de les utiliser de façon plus appropriée (ou de choisir de s’en passer). Rien n’empêche ensuite de mener l’enquête dans les étiquettes.

Astuces d’hier, magie d’aujourd’hui !

propose des alternatives naturelles à l’utilisation de produits chimiques et peut être l’occasion de retrousser les manches pour concocter certaines de ces mixtures (infusions, décoctions, purins…).

Ces indésirables si désirables

quiz mauvaises herbes-BDpermet de mettre un nom sur les espèces adventices d’Ile de France (capselle, chélidoine …). Y est associé un quiz électrique autour de l’usage (alimentaire, engrais vert, mellifère) de celles-ci. En plein air, des zones de trottoirs enherbés ou des plates-bandes permettent l’initiation à l’identification des plantes sauvages.

Garden party !

fait découvrir une partie des nombreuses espèces animales "auxiliaires" qui contribuent à un équilibre (fragile !) du jardin (limitation des « nuisibles », pollinisation…), comme la chrysope surnommée « lion des pucerons ». Des ateliers de construction d’abris à insectes peuvent être mis en place en lien avec ce panneau.

Traitez-moi autrement !

plus axé sur la pratique du jardinage, propose quelques outils et techniques manuelles pour se débarrasser des herbes indésirables sans recourir aux pesticides. Lorsque l’exposition est utilisée en plein air, des zones enherbées permettent la manipulation de certains outils et notamment l’utilisation ludique « en balancier » de la grelinette.

D’autres panneaux et supports de découverte abordent le jardinage urbain, les répercussions de nos choix de consommation (produits hors saison, aspect esthétique et calibrés des fruits et légumes…), les paillages et leurs rôles au travers d’un jeu tactile ou encore les principes de rotation, d’alternance des cultures, comme moyen de renforcer la « bonne santé » du jardin (en évitant ainsi certains apports de traitements et d’engrais) .

Imprimer