De bien bio cheveux !

Bio cheveux - AvantLa soirée savoir faire du mois d’octobre à réuni de nombreuses participantes autour de la problématique très féminine des colorations capillaires et des enjeux croisés de santé, de budget et d’environnement qui y sont liées. Entre théorie autour de la composition du cheveu, des composants et systèmes de colorations et passage à la pratique « tête à l’appui », les participantes ont pu constater qu’il était possible d’avoir des bios et beaux cheveux !
Équipée d’un vieux tee-shirt, Catherine Dauvergne, bénévole à l’association, à présenté les ingrédients de la coloration du jour : henné du Rajasthan (plante tinctoriale par excellence, utilisée de tous temps et dans toutes les civilisations !), brou de noix et garance tout en l'appliquant sur ses cheveux, pour pouvoir le laisser poser durant 2 heures et montrer le résultat final avant que la soirée ne s’achève. De nombreux échanges on eût lieu : on y parle de recettes de shampoing « de grand-mère », des vertus de l’aloe vera, des fleurs d’hibiscus ou de l’argile et d’astuces pratiques comme le fait de s’enduire les contours du visage, du cou et les oreilles d’huile, afin d’éviter la coloration de la peau.
Une courte vidéo a permis de comparer l’action des colorations chimique et à base de henné sur les cheveux. La première ouvre les écailles des cheveux, les décolore par oxydation puis les recolore par réactions chimiques dans la couleur choisie, tandis que la seconde enrobe et gaine les cheveux sans pour autant les décolorer et les déstructurer.
Chaque participante à ensuite « fait son marché » dans l’objectif de décrypter la composition des colorations que l’on trouve dans le commerce.

Bio cheveux - Lecture étiquettes

En dehors d’un petit nombre de marques qui propose un nuancier de colorations obtenues par des mélanges de plantes déjà prêts à l’emploi, le meilleur moyen reste de se faire sa propre « mixture » et de l’ajuster au fur à mesure. Catherine qui s’y essaye avec succès depuis de nombreuses années à donc pris le temps de répondre aux questions et de conseiller chacune, en fonction de sa couleur naturelle, en effet, celle-ci va déterminer le choix des plantes. Des tests sur des échantillons de cheveux collectés auprès des coiffeurs des environs ont été réalisées et les participantes les plus téméraires ont choisis de « sacrifier » une mèche pour un résultat plus personnalisé !
Deux heures plus tard et après un rinçage abondant, Catherine nous a révélé sa nouvelle coloration en démontrant simplement que l’usage des plantes tinctoriales, économe et saine, est toujours d’actualité et à la portée de chacun(e). Prendre soin de ses cheveux et les mettre en valeur en préservant l’environnement et sa santé, c’est possible !

Imprimer